Droits d’Expression Directe et Collective – Prolonger et étendre les expérimentations

La CFDT, signataire de l’accord QVT, a pesé de tout son poids pour développer le Dialogue sur la Qualité au Travail (DQT) au sein des équipes.

Elle a obtenu d’intégrer dans l’accord sur la QVT la mise en place d’expérimentations sur le Droit d’Expression Directe et Collective (DEDC). C’est une réponse à l’intensification du travail, la monotonie des tâches, la faible autonomie et implication des salariés.

L’expression directe et collective permet de redonner du sens au travail. C’est une clé pour le bien-être au travail et la réussite des entreprises.

Quatre expérimentations ont eu lieu à Buchelay, Tarnos et Bordes. Elles instituent un espace de dialogue dans une unité de travail, sur l’organisation du travail, le bien-être au travail, le sens et contenu du travail, le fonctionnement du collectif.

Ce temps d’échange est animé par le manager et un membre volontaire de l’équipe. Il est organisé au moins trois fois par an.

L’objectif est de permettre aux salariés d’exprimer leurs irritants collectifs, de participer à l’analyse causale des problèmes, de proposer des solutions et de donner leur avis sur les solutions retenues.

Le Président Franck Saudo s’est rendu à Tarnos afin de réaliser un OJT* sur le secteur concerné, et a pu constater l’intérêt de ce Droit d’Expression Directe et Collective.

Une commission d’évaluation de l’accord QVT a permis de faire un point sur le déroulement des 4 expérimentations.

A la question : « Est-ce que le DEDC est un dispositif que vous conseilleriez ? », la réponse est : OUI, à l’unanimité des participants dans les trois sites.

Exemples : « Très bon espace d’expression, d’écoute et de partage, intérêt de la démarche » ; « Pas d’équivalent dans les rituels existants » ; « Montée en maturité de l’équipe sur le déroulé opératoire du DEDC au fil des sessions (efficacité, confiance, bienveillance) ».

Le DEDC est un facteur de cohésion au sein de l’équipe et d’efficacité du travail. La contribution du manager est bien perçue dans son rôle d’animateur et de soutien du collectif.

Des propositions d’ajustement du dispositif ont été exprimées, telles que :

  • une durée et une fréquence adaptée et décidée par le groupe lui-même,
  • une contribution externe laissée à la demande de l’équipe,
  • un suivi et un arbitrage régulier des sujets traités avec un support partagé par l’équipe.

Pour la CFDT il faut prolonger et étendre ces expérimentations.

Il est possible dès à présent de déployer le  Droits d’Expression Directe et Collective dans votre secteur, saisissez l’opportunité d’apporter un plus dans votre équipe.

* On Job Training – échange entre des employés, en principe à leur poste, et un groupe de responsables de l’entreprise (Directeurs par exemple).