NAO 2023 – Revendications CFDT

Voici nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année… et nos revendications pour la Direction !

La Négociation Annuelle Obligatoire, qu’il convient désormais d’appeler NOE (Négociation Obligatoire d’Entreprise) débute en ce mois de janvier : demain mercredi 4 janvier, après une réunion de bilan qui a eu lieu le 19 décembre dernier.

La CFDT a élaboré une base revendicative qui tient compte :

De la réalité économique vécue par les salariés ;

Des nécessaires remises à jour de nombreux éléments de rémunération ;

De la bonne santé financière de Safran HE.

Les priorités et revendications de la CFDT pour les négociations salariales 2023 :

  • Le pouvoir d’achat pour tous => 6.5% d’AG, revalorisation des primes, indemnités, astreintes…
  • L’avancement de carrière de chacun => 3% d’AI (9.5% pour les Cadres), 1 600€ mini pour tous, l’expertise, passage Technicien & Cadre, …
  • L’équité entre tous les salariés => répartitions des AI, rattrapage faibles salaires d’embauche, uniformisation des primes de panier et d’équipe, grille ETAM, …

Vous retrouverez l’intégralité des revendications de la CFDT ci-dessous.

A l’heure où le montant des salaires et des primes n’a jamais été aussi bas depuis 20 ans par rapport au chiffre d’affaires (27.7%), et à l’heure où la santé financière du groupe est revenue, ces revendications sont à la fois réalistes et équilibrées.

Le pouvoir d’achat de tous

Pour 2022, il manque 1.8% par rapport à l’inflation.

Pour 2023, c’est une prévision de 4.7% d’inflation.

C’est donc une revendication d’augmentations générales de 6.5% que portera la CFDT.

Mais aussi :

  • 3 points de MSU pour O/ETAM (aujourd’hui 1point = 8,72€)
  • L’indexation de la Prime Transport Energie (PTE) sur l’inflation des carburants (+33% en 2022)
  • Revalorisation et indexation du Forfait Mobilité Durable (FMD) sur la PTE (pour être à même coût pour l’entreprise étant données les exonérations de charges que permet le FMD)
  • Revalorisation des primes de tutorat selon l’AG : +6.5%
  • Revalorisation des astreintes : 100€ / jour ouvré pour tous
  • Revalorisation des frais de déplacement :
    • Personnes d’Assistance Extérieure
    • Déplacements standard France et étranger
    • Indemnités Kilométriques
  • Augmentation du montant des CESU préfinancés à 1 700 € maxi pour tous.
  • Remboursement de 100% des abonnements ou titres de transport collectif et de location de vélos pour les trajets domicile travail

L’avancement de carrière de chacun

Pour garantir un avancement de carrière à chacun, c’est 1.5% d’AI par an qui sont nécessaires.

Pour rattraper 2022 et pour 2023, c’est donc une revendication d’augmentations individuelles de 3% que portera la CFDT et donc 9.5% d’AI pour les Cadres.

Mais aussi :

  • Augmentation minimale pour tous = 1 600€ bruts
  • 70% minimum des O/ETAM doivent percevoir une Augmentation Individuelle
  • Une augmentation minimum pour les passages experts :
    • Cadres : AI moyenne + 500€ minimum sur budget hors NAO
    • Non Cadres : AI 10 points minimum
  • Augmenter et/ou débloquer la prime d’ancienneté la première année et au-delà de 25 ans
  • Passage Cadre avec au minimum 10% de revalorisation salariale, passage directement 3A si le salarié répond aux critères 3A
  • Augmentation du plancher 13ème mois : +9.5%
    • Non Cadres : 3 630€ (Equivalent de 285pts + MSU + prime transport-énergie + 18% d’ancienneté)
    • Cadres : 4 430€
  • + 0.1% pour les mobilités
  • Minimum 10 places pour passage Technicien via CQPM ou BTS
  • Minimum 5 places pour passage Cadre qualifiant ou diplômant

L’équité entre tous les salariés

2 salariés au même poste et ayant les mêmes résultats doivent avoir la même évolution de carrière ! Et ce n’est malheureusement pas toujours le cas : inégalités hommes femmes, salaires d’embauche variables selon la période, disparités de politiques salariales entre secteurs, disparités entre sites…

Nos revendications porteront sur tous les détails permettant de gommer ces inégalités :

  • +0.2% pour la revalorisation des salaires de ceux qui ont intégré SafranHE en période de bas salaires d’embauche depuis 2000
  • AI égales ou dégressives dans toutes les catégories de Cadres :

AI 2 ≥ AI 3A ≥ AI 3BS …, car nous constatons encore que les plus forts % d’augmentations vont aux forts salaires (même si les différences se réduisent).

  • Uniformisation inter-sites et revalorisation des primes :
    • prime équipe
    • panier jour à 13€ sur tous les sites
    • panier nuit à 16€ sur tous les sites
  • Pour les ETAM :
    • mini 7 pts pour les Augmentations Individuelles à partir du Niv 3.2 (type grille ouvriers)
    • passage automatique au Niv 4.2 dès 270 points (type grille ouvriers)
    • passage automatique au Niv 5.1 dès 285 points (type grille ouvriers)
    • passage automatique au Niv 5.2 dès 300 points (type grille ouvriers)
  • Droit d’utiliser les jours de congés équipe si passage en Normale
  • Primes de production Agents de Maîtrise :
    • Réintroduction au salaire pour ceux en poste avant 2009 l’ayant perdue
    • Portée à 20 points peu importe le niveau échelon
  • Prise en compte de la situation économique en fonction de la géographie des sites : tensions sur le marché de l’emploi, métiers en tension, coût local de la vie, du logement, …

En 10 ans, 3 mois de salaire perdus en pouvoir d’achat à SafranHE !

Trois mois de salaire perdus en dix ans sur le pouvoir d’achat des salariés de SafranHE !

L’inflation qui augmente plus vite que les salaires, cumulé sur 10 ans, c’est l’équivalent de 3 mois de salaires de pouvoir d’achat en moins pour les salariés de SafranHE.

Pour que les salaires suivent le pouvoir d’achat, il faut que le budget des NAO soit égal à l’inflation plus 2% pour assurer l’avancement de carrière de chacun. Ainsi, à fin 2022, c’est 4.3% de salaire en retard par rapport aux 10 dernières années d’inflation !

En 2023, la CFDT veillera à ce que les négociations salariales qui débutent le 19 décembre permettent de combler ce retard pour garantir le pouvoir d’achat, et l’évolution de carrière que chacun des salariés de SafranHE mérite.

Si cela n’était pas le cas, nous saurons mettre la pression à la direction pendant les négociations, par des actions ayant un réel impact et dans le cadre d’une intersyndicale groupe SAFRAN que nous saurons reconstruire.

Avec la CFDT, s’engager pour chacun, agir pour tous. 

Salaires : La fin des points pour les non-cadres ?

Hier 7 décembre, la Direction de Safran HE a lancé une première réunion de négociation pour les ‘accords de substitution’, qui devront assurer la continuité du statut social de l’entreprise dans le cadre de la Nouvelle Convention Collective de la Métallurgie.

11 accords et 3 usages d’entreprise sont à réécrire – remanier – modifier.

La Direction propose de travailler par lots successifs de négociation, ce qui convient à la CFDT car cela évite des négociations ‘fourre tout’ qui brouillent les débats et en fin de compte n’aboutissent à rien.

Le 1er lot est la rémunération des non-cadres.

L’intention de la Direction est de supprimer la référence aux points dans la rémunération des non-cadres.

Ceci n’est pas une exigence de la Nouvelle Convention Collective !

C’est simplement l’application d’une logique du groupe SAFRAN, qui généralise le logiciel SELIA pour gérer dans le Groupe tout entier de nombreuses fonction de Gestion des Ressources Humaines, dont la paie. Et SELIA n’est pas écrit pour traiter une paie gérée en points de salaire !

Ce n’est pas non plus une revendication de la CFDT !

Les points permettent aux salariés non-cadres de se situer dans leur environnement professionnel et de déroulement de carrière. Les points sont une référence bien utile pour positionner, d’une manière traçable dans le temps, les seuils d’accueil.

Dans cette négociation et pour les lots qui vont suivre, la politique de la CFDT sera de maintenir, et améliorer chaque fois que cela sera possible, le statut des salariés.

La Direction annonce que son intention est d’adapter les statuts dans un sens mieux-disant, pour la qualité des relations sociales.

L’intention de la CFDT est de l’aider à concrétiser cette belle intention, et de veiller à ce que cette mise à niveau d’un bon statut social soit pérenne dans le temps… ce que le salaire calculé en points permet.

Pour information, les autres lots à traiter sont :

  • Lot 2 : positionnement des jours de modulation pour l’établissement de Buchelay (c’est un lot et accord d’établissement)
  • Lot 3 : accord TPFC : en vue de fusionner toutes les dispositions en un texte (éventuellement accord) unique
  • Lot 4 : Mise en accord de l’accord d’aménagement du temps de travail des cadres avec la nouvelle Convention Collective
  • Lot 5 : Avenants à l’accord temps de travail des OETAM. Essentiellement augmentation du contingent d’heures supplémentaires (pour rappel, la Direction, en 2021, a voulu, sans succès, lancer une négociation sur le temps de travail, avec, entre autres, ce point).
  • Lot 6 : gestion des carrières (seuils d’accueil, déroulement de carrière, couverture santé…)
  • Lot 7 : Compte épargne temps (comme pour le lot 3)

Votre avis nous intéresse, contactez les militant(e)s et les élu(e)s CFDT !

Salaires : Déclaration intersyndicale en Comité de Groupe Safran

Le comité de Groupe Safran (équivalent d’un CSE-C couvrant tous les établissements français du Groupe Safran) s’est réuni ce 25 novembre, en présence d’Olivier Andriès et Stéphane Dubois, respectivement Directeur Général et DRH du Groupe.

À cette occasion, les coordinateurs CFDT, CFE-CGC, CGT et FO et les élus du Comité Groupe ont fait la déclaration suivante :

Monsieur le Directeur Général,

Après deux années de tempête sanitaire, d’efforts financiers, ponctuées par des périodes d’APLD pour certains, ou de surcharge de travail pour les autres, le groupe SAFRAN maintient la pression sur les salariés du Groupe.

En effet, malgré plusieurs grèves, suivies de réunions de revoyure, malgré le constat unanime des organisations syndicales que le compte n’y est pas, la Direction du groupe SAFRAN maintient un programme salarial 2022 de 4% pour une inflation 2022 attendue à une moyenne de 6%.

Face à nos demandes, la Direction de SAFRAN s’est contentée d’annuler le rabotage de l’Intéressement, d’octroyer une prime de partage des profits de 750 euros qui sera versée unilatéralement au titre d’un rattrapage de l’Inflation et de compenser une troisième année sans abondement de l’épargne salariale, par la concession de 10 actions gratuites pour … 2024.

SAFRAN déclare : « nous vous donnons le maximum de ce qu’il est possible de donner ».

C’est d’autant moins crédible que SAFRAN enregistre une remontée significative des commandes et des résultats, que SAFRAN attribue 700 000 actions aux 700 dirigeants du groupe, soit 1000 actions chacun, et que SAFRAN va dépenser ces prochains jours 325 M€ pour racheter des millions d’actions SAFRAN.

Cette disproportion est incroyable, mais c’est bien la réalité !

Devant cette injustice manifeste, les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT et FO ont pris la décision de lancer une pétition intersyndicale sur tout le groupe SAFRAN.

A ce jour, plus de 9 000 collègues l’ont signée.

En leur nom, mais aussi au nom de tous les salariés du Groupe, nous vous demandons simplement un juste rattrapage salarial de l’Inflation de 2% pour équilibrer, tant bien que mal, l’année 2022.

A l’heure où quelques-uns ont été bien servis, notre demande est légitime et mérite d’être entendue.

Nous espérons, Monsieur le Directeur Général, que vous l’entendrez et que vous y répondrez favorablement.

Les coordinateurs CFDT, CFE-CGC, CGT et FO et les élus du Comité Groupe.