En direct de la réunion NAO du 18 février

Contrairement à la précédente réunion, nous avons décidé de rester à cette réunion NAO du 18 février. En effet, même si c’est insuffisant, nous atteignons 2,35% en regard de la réunion précédente, soit 0,10% de plus, sachant qu’il reste une réunion… Nous considérons que nous rentrons réellement en négociation.

Comme nous l’avons dit lors de l’arrêt de travail du 18 février (voir prise de parole en PJ), nous n’avons pas à ce jour, seuls chez SHE, les moyens de faire bouger le cadrage au niveau du Groupe.

Safran Aircraft Engines a obtenu, au final, une enveloppe de 2,4%. Nous revendiquons, au minimum, 2,4 à 2,5%.

D’autre part, nos revendications annexes nous paraissent importantes à discuter. Elles sont une marge de manœuvre en regard de l’enveloppe globale :

– La parité de 50% entre AG et AI pour les non cadres.

– Une revalorisation du plancher du 13ème mois

– Une revalorisation de la prime équipe

– L’intégration au salaire, même partielle, de la prime d’équipe pour les salariés retournant en horaire normal.

– Une augmentation mini pour les cadres en % et en argent.

– Un allongement de 2 ans du TPFC

– Etc…

Ce sont toutes ces mesures annexes que nous défendrons afin d’obtenir le maximum pour les salariés, sachant qu’une décote de 0,3% sera appliquée en cas de non signature de l’accord.

20200218_NAO_Prise-de-parole-arret-de-travail-du-18-fev-2020

Accusations de sexisme – Mise au point CFDT et CGT

Bonjour,

La CFE-CGC s’est montrée très agressive en diffusant début décembre, sur l’ensemble des sites, un tract mettant en cause les valeurs des représentants CFDT et CGT.

La CFDT se doit de répondre à ces énormités.

Élection CSSCT sans représentant CFE-CGC : mensonge par omission !

La veille du CSE, lors d’une réunion préparatoire inter-syndicale, la CGC a déclaré n’avoir aucun candidat pour la commission CSSCT de Buchelay. Le lendemain, en séance, la CFDT et la CGT ont voté légitimement pour la composition agréée la veille, et n’ont pas retenu la proposition « surprise » de la CGC de sortir un membre CGT de la commission au profit d’un candidat CGC « révélé » durant la nuit.

Référent harcèlement : raccourci orienté !

Les élus CFDT et CGT du CSE de Buchelay auraient, par sexisme, rejeté la candidature féminine de la CFE-CGC pour la fonction de référent harcèlement.

Les faits :

La CGT et la CFDT avaient demandé à la Direction, avant ce vote, deux référents (un homme et une femme) à Buchelay. Cette demande a initialement été refusée.

Les élu(e)s CFDT et CGT, dans ce contexte, ont voté pour un représentant qui a certes le « défaut » d’être un homme, mais qu’ils jugeaient plus apte à tenir ce poste.
Depuis lors, la Direction de Buchelay a finalement accepté le principe de deux référents. Il y a donc aujourd’hui, après un nouveau CSE extraordinaire, un référent et une référente( CFE-CGC ) à Buchelay !

Mixité sur les listes : procès d’intention !

‘La CFDT, n’ayant pas de femme sur ses listes, ne partage pas les valeurs de « mixité républicaine » de la CFE-CGC’ !

C’est une accusation infondée : nous regrettons de n’avoir pas pu respecter la loi sur la mixité. Mais lorsque vous n’avez trouvé pas de candidate, vous ne pouvez éviter cet écart !

À Bordes, il y avait un nombre suffisant de candidates, à la CFDT, pour respecter la règle de mixité, et la CFDT a bien évidemment proposé des listes électorales en conformité avec cette règle.

Pour la CFDT, la vie syndicale, ce n’est pas Game of Thrones !

Ce genre de querelle stérile, que nous regrettons absolument, dessert l’ensemble des salarié(e)s. Nous ne donnerons pas plus de suite. Vous trouverez en pj. le tract co-écrit par les représentants CGT et CFDT de Buchelay.